Le Centre Pompidou fête ses 40 ans d’existence


Le Musée National d'Art Moderne fête ses 40 ans

Son architecture avec ses conduits extérieurs multicolores sont connus bien au-delà de nos frontières. Ses rétrospectives et ses expos sont prisées par le tout-Paris. Le Musée National d’Art Moderne plus connu sous le nom de Centre Pompidou vient de fêter le 31 janvier 2017 ses quarante ans.

Une occasion de vous présenter 5 anecdotes sur son histoire.

1. Musée contemporain et centre de création

Le second président de la Ve République était un grand amateur d’art moderne et contemporain. C’est à lui que l’on doit le centre Beaubourg. Le président voulait que Paris s’enrichisse d’un centre culturel sans égal, à la fois un centre de création et un musée dans lequel les arts plastiques cohabiteraient avec le cinéma, la musique, la recherche audiovisuelle, les livres.

Extrait d’un entretien de Georges Pompidou paru dans Le Monde du 17 octobre 1972 :

« Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux États-Unis avec un succès jusqu’ici inégal qui soit à la fois un musée et un centre de création où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création serait évidemment moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui du même coup seraient mis en contact avec les arts. »

681 projets seront déposés en 1971 lors du concours qui fut lancé pour dénicher l’architecte, le bâtisseur de ce nouveau temple des arts parisiens. Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini remportèrent la mise et bâtirent entre 1974 et 1976 ce centre culturel reconnu dans le monde entier qui ouvrira ses portes officiellement le 31 janvier 1977.

2. Un restaurant nommé Georges

Georges Pompidou est décédé en 1974 et n’a jamais pu voir le centre qu’il avait imaginé. Situé au dernier étage, le restaurant a été renommé «Georges» en hommage au défunt président.

3. Dali, l’artiste superstar du Centre

L’illustre peintre espagnol Salvator Dali est la superstar du musée parisien. Le peintre a été célébré deux fois par le centre Pompidou. Une première exposition de l’artiste, entre 1979 et 1980, a attiré plus de 840 000 visiteurs. Depuis cette date aucune autre exposition n’a eu autant de succès. Aucune, sauf en 2012-2013 ou une autre exposition a attiré plus de 790 000 visiteurs, une seconde exposition de Dali ! La petite histoire raconte qu’en 1979 il y avait tellement de monde pour le vernissage de l’exposition que Dali lui-même n’a pas pu la visiter. En 2013, devant le succès éclatant de cette seconde exposition elle fut ouverte 24 heures sur 24 lors des trois derniers jours.

4. Son sobriquet

«Notre-Dame de la tuyauterie » est le petit sobriquet donné par les détracteurs du centre Pompidou. Un centre à l’architecture fortement décriée au moment de son inauguration avec ses conduits verts, jaunes, blancs, bleus qui le caractérise dans le monde entier.

5. Jacques Chirac, le premier soutien

Jacques Chirac a été un ardent défenseur du centre Pompidou. Valéry Giscard d’Estaing a été à deux doigts de délaisser le projet après la mort de Georges Pompidou. C’est alors son premier ministre, Jacques Chirac, qui a pris fait et cause pour le centre et l’en a dissuadé. La petite histoire raconte que Jacques Chirac a menacé Valéry Giscard d’Estaing de démission.

Tout un week-end de célébration pour l’anniversaire du Centre Pompidou

Le Centre Pompidou organise de nombreuses célébrations pendant le week-end du 4 et 5 février.

Visites, concerts, parades et surprises vous attendent tout au long de ce week-end anniversaire et de plus l’entrée est gratuite !

Allez célébrer les 40 ans du Centre Pompidou !

Week-end anniversaire : https://www.centrepompidou.fr/

Laisser un commentaire